Menu
Cart
Allgemein

Flore et faune

La brousse et la savane, les forêts sèches, la steppe et le semi-désert du Kalahari sont des paysages caractéristiques du Botswana qui couvrent les quatre cinquièmes du pays. A mentionner également les régions humides du nord : le delta de l’Okavango ainsi que le bassin du Chobe. Marais, lacs et forêts à feuilles persistantes caractérisent ce paysage. Six mois par an, on peut aussi y ajouter le territoire immense des déserts salins. Les rives vertes des anciens lacs offrent des conditions de vie idéales notamment pour les oiseaux.

La riche variété des paysages du Botswana offre une base d’existence à d’innombrables formes de vie. Le Botswana protège cette biodiversité considérable en classant plus de 40 % du territoire comme espaces naturels protégés, une proportion unique au monde.

Le Botswana continuera à l’avenir de poursuivre l’objectif du développement durable sans pour autant perdre de vue l’idée de la protection de la nature. Par exemple, plus de 100 000 éléphants vivent actuellement au Botswana, dont une grande partie dans le parc national de Chobe. Cette concentration régionale crée des problèmes au niveau de la cohabitation des humains et des animaux. Bien qu’en novembre 2002, l’abattage d’un nombre limité d’éléphants ait été autorisé aussi au Botswana, le gouvernement s’est employé avec succès à trouver une meilleure solution. Il a fait cadeau de 900 éléphants à l’Angola et au Mozambique pour y implanter de nouvelles populations.

Les « grands cinq »

Les « grands cinq » (lion, rhinocéros, éléphant, buffle et léopard) font partie de la faune typique du Botswana au même titre que d’innombrables autres espèces animales. Depuis 2002, les lions du Botswana (encore près de 2000) sont totalement protégés. Les léopards sont étudiés dans le cadre de programmes scientifiques internationaux et rendus ensuite à la vie sauvage. D’immenses troupeaux de buffles et d’éléphants sillonnent les régions verdoyantes et fertiles du nord. Et le rhinocéros blanc devenu rare a été réintroduit dans le delta de l’Okavango. Dans le Khama Rhino Sanctuary près de Serowe et dans la réserve naturelle de Mokolodi près de Gaborone, il trouve des refuges idéaux pour augmenter les populations.

Diversité de la faune du Botswana

La diversité des espèces au Botswana Bien entendu, on trouvera au Botswana tous les autres « grands animaux » d’Afrique. A commencer par le zèbre qui figure d’ailleurs dans les armes du Botswana. Elands, gnous ou springbocks, guépards et chiens sauvages rares d’Afrique, hyènes rayées, hippopotames, reptiles, chacals, etc. : toutes ces espèces trouvent leur habitat naturel au Botswana. La migration annuelle qui suit le cours de l’Okavango jusqu’au dédale des déserts salins des Makgadikgadi Pans est un spectacle à ne pas manquer.

FlamingoOiseaux au Botswana

Oiseaux au Botswana Le Botswana abrite plus de 500 espèces d’oiseaux. Pygargues ou autruches d’Afrique, cigognes ou flamants, vautours et oiseaux de proie, espèces rares de grues, chouettes ou grandes outardes, tisserins ou hérons : l’extrême variété ornithologique, principalement dans le parc national de Chobe et dans le delta de l’Okavango, ainsi que dans le Nata Bird Sanctuary et le Kalahari central, rendra chaque séjour au Botswana inoubliable non seulement pour les amateurs d’ornithologie. Et pour ceux pour qui la gent ailée ne se limite pas aux oiseaux, la nature du Botswana offre plus de 500 espèces magnifiques de papillons.

Flore du Botswana

La flore du Botswana La richesse de la végétation du Botswana est proverbiale : le pays abrite des milliers d’espèces, en tout premier lieu le légendaire baobab qui peut vivre plus de 1000 ans. Bien entendu, on y trouve aussi le saucissonnier, tout comme l’acacia erioloba et divers acacias parasols, palmiers et sycomores ou le ficus hémi-épiphyte tropical. Dans le delta de l’Okavango, les iris des marais fleurissent en grand nombre. La préservation de la diversité de cette flore unique est un impératif suprême au Botswana. Cette protection à un degré maximum est justifiée par le fait qu’elle constitue une base d’existence pour la faune ainsi que pour l’homme.